Shuvinai Ashoona est un artiste graphique de Kinngait (Cape Dorset), NU. Ashoona a commencé à dessiner au début des années 1990 lorsque sa jeune soeur l'a encouragée à aller aux studios de Kinngait [1]. Ashoona a perfectionné ses compétences artistiques au cours des deux années suivantes en observant les autres graphistes employés par la coopérative.

Dans ses premiers dessins, elle a capturé le monde naturel et le paysage arctique qui l'entourait. Le sujet d'Ashoona a subi des changements importants à la fin des années 1990 et dans les années 2000 [2], devenant plus personnel et combinant des thèmes dérivés de la culture et de la mythologie inuit, du christianisme et de la culture du sud. Les œuvres sur papier qui en résultent vont du quotidien au surréel, et toutes témoignent de l'attention qu'Ashoona porte aux détails et à la complexité formelle.

Ashoona est le sujet du film documentaire Ghost Noise de 2010. Ashoona explique comment ses scènes et créatures imaginaires explorent une série de thèmes allant de la politique de la vie contemporaine dans le Nord, de la condition féminine et de l'art, tout en évoquant parfois le rire. Dans Wiping Behind (2011), une figure humaine sur la glace et la roche est prise dans la position délicate d'essuyer son derrière ; Ashoona a dépeint l'expression surprise et peinée du sujet qui est pris avec son pantalon baissé. Dans Monsters and Humans Embrace (2014), deux monstres ronds, l'un jaune et l'autre violet, sont flanqués de chaque côté par des humains, les bras au-dessus des épaules de l'autre, avec un troisième monstre ressemblant à une sirène au bout de la ligne qui offre sa nageoire à un troisième humain. L'absurdité de la scène est humoristique, tandis que la symbiose entre les humains et les monstres dans ce monde imaginaire est édifiante.

Le travail d'Ashoona est exposé au niveau national et international et a été inclus dans de grandes expositions telles que la 18ème Biennale de Sydney : All Our Relations (2012) et Oh, Canada (2012) au Mass MoCA. Les œuvres d'Ashoona font partie de la collection publique de grandes institutions telles que le Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa (Ontario), et le National Museum of the American Indian, à Washington (États-Unis), pour n'en citer que quelques-unes. Elle est apparue à plusieurs reprises dans l'Inuit Art Quarterly. Son travail a également été inclus dans le catalogue 2013 de Phaidon, Vitamin D2 : New Perspectives in Drawing, l'état international du dessin contemporain.