Participation majeure de Marie-Jeanne Musiol dans "Living Matter" à la Galerie Tretyakov (Moscou)

La galerie Pierre-François Ouellette art contemporain est fière d'annoncer que Marie-Jeanne Musiol présente plusieurs séries d'oeuvres dans une vaste exposition en cours à la Nouvelle Galerie Tretyakov, le bras contemporain de la Galerie nationale Tretyakov à Moscou. Living Matter rassemble du 2 septembre au 10 octobre 2021 les oeuvres d'artistes internationaux et russes dans une manifestation consacrée à l'écosystème planétaire envisagé comme «matière vivante» dans la perspective du scientifique russe Vladimir Vernadsky (1863-1945). Plus de 20 oeuvres de Musiol ont été sélectionnées par les commissaires de l'exposition. Nous sommes très fiers de cette reconnaissance du travail que l'on peut voir aussi présentement dans l'exposition Écologies. Ode à notre planète au Musée des beaux-arts de Montréal.

 

 

Les approches artistiques singularisées dans cet événement traduisent entre autres un refus de l'anthropocentrisme, de la division entre le vivant et le non-vivant et du dualisme entre l'homme et la nature. Les Nébuleuses végétales de Marie-Jeanne Musiol, présentées ici dans leur totalité, révèlent l'échange énergétique constant entre divers ordres du vivant. L'artiste montre pour la première fois en Russie ses oeuvres issues de diverses techniques en électrophotographie qui ont été développées et perfectionnées depuis les années 30 dans ce pays.

 

 

Living Matter (Traduction libre du texte sur le site web)

La Galerie nationale Tretiakov, le Musée polytechnique, le Musée national et Centre d'exposition ROSIZO et la Galerie Triumph présentent le projet multidisciplinaire Living matter, qui prolonge la tradition des expositions expérimentales dans l'aile ouest de la Nouvelle Galerie Tretiakov afin de montrer au public les tendances les plus importantes de la société moderne en art et en science. L'exposition comprend plus de 300 œuvres de 50 artistes de Russie, du Danemark, de France, de Suède, de Finlande, de Hollande, des États-Unis, du Canada, d'Italie, du Japon, de Turquie et d'autres pays.

Ce projet d'exposition à grande échelle vise à la compréhension artistique des changements qui s'opèrent dans l'écosystème de la planète ainsi que du rôle de l'homme dans ces processus.

Le titre du projet fait référence à l'héritage philosophique du scientifique russe Vladimir Vernadsky (1863-1945), dont les idées restent pertinentes pour les discussions d'aujourd'hui. Vernadsky a été l'un des premiers à voir dans l'homme une « force géologique » et a formulé le concept de la biosphère en tant que « matière vivante » - « l'ensemble de la communauté des organismes, des plantes et des animaux, y compris l'homme ». Il proposait de percevoir le développement de la planète comme un processus intégral, et de considérer l'homme et la nature dans leur unité. Sur la base de ces idées, Vernadsky a proposé des options pour résoudre les problèmes environnementaux mondiaux, dont beaucoup restent pertinents aujourd'hui.

Certains concepts de la pensée philosophique et de la pratique artistique modernes sont en accord avec les idées de Vernadsky. Les approches artistiques des participants à l'exposition se distinguent par le refus de l'anthropocentrisme et du dualisme entre l'homme et la nature, le vivant et le non-vivant, la force active et la matière passive. Dans leurs œuvres, les auteurs combinent recherche scientifique et créativité artistique, intérêt pour les pratiques traditionnelles et les nouvelles technologies, rationalité et intuition. En plaçant la personne sur un seul plan ontologique avec d'autres entités, les œuvres des artistes analysent les liens entre les différentes formes d'êtres vivants, visualisent le réseau d'interaction entre les communautés humaines et non humaines, créent une image dans laquelle l'Homo Sapiens fait partie d'un grand écosystème de la planète en constante évolution.

Grâce aux œuvres des auteurs nous regardons le monde depuis la position des habitants du sous-sol, ou descendons dans les couches profondes de l'hydrosphère, pénétrons dans le microcosme des créatures invisibles à la vision ordinaire ou voyons le paysage environnant d'un point de vue aérien. L'art nous invite à devenir les habitants d'un environnement inconnu, à y vivre à l'aide de nouveaux sens, et le changement de l'optique et l'inclusion dans celle-ci d'objets auparavant exclus semble être une étape radicale qui a aujourd'hui une signification planétaire.

L'exposition présente des œuvres réalisées selon des techniques et des genres différents : installations et sculptures immersives, objets et photographies, installations vidéo et sonores. Un certain nombre d'installations vidéo importantes de l'exposition seront intégrées dans l'environnement urbain et diffusées sur l'écran médiatique de la ville de Moscou, en collaboration avec le Public Digital Art Fund.

Le projet Living matter sera la première exposition carbone neutre en Russie. Greenvest plantera des conifères sur un site de 3 hectares dans la région de Vladimir, ce qui permettra de compenser entièrement l'empreinte carbone du projet pendant 30 ans.

 

5 Septembre 2021